Categories

Accueil > Newsletter > Newsletter n° 22

23 mars 2013
Admin

Newsletter n° 22

English français Malagasy

Mesdames et Messieurs

Suite à l’arrestation des membres et responsables de
l’association FAGNOMBA de Tolagnaro Fort-Dauphin, qui lutte depuis plusieurs
années pour une indemnisation plus juste de leurs terres par la société RIO TINTO
et sa filiale malgache Qit Minerals Madagascar – QMM, veuillez trouver,
ci-dessous un Communiqué du Collectif TANY suivi d’une Déclaration de
l’association FAGNOMBA en langues malgache, française et anglaise..

Nous vous remercions de votre soutien et vous présentons nos
salutations distinguées
Le Collectif TANY

<span lang=EN-US
style='font-size:12.0pt;font-family:"Times New Roman","serif"'>COMMUNIQUE
COLLECTIF TANY

<span
lang=EN-US style='font-size:12.0pt;font-family:"Times New Roman","serif"'> 

<span
style='font-size:12.0pt;font-family:"Times New Roman","serif"'>Fort-Dauphin :
Pourquoi les membres de l’association FAGNOMBA sont-ils emprisonnés ?

<span
style='font-size:12.0pt;font-family:"Times New Roman","serif"'>L’association <span
style='text-transform:uppercase'>Fagnomba revendique depuis 2010 une juste
indemnisation pour les personnes dépossédées de leurs terres utilisées par QMM,
Qit Minerals Madagascar, filiale de Rio
Tinto
, dans le cadre de l’extraction de l’ilménite à Fort-Dauphin,
région Anosy, dans le Sud-Est de Madagascar.

<span
style='font-size:12.0pt;font-family:"Times New Roman","serif"'>Au cours de la
semaine du 11 mars 2013 à Tolagnaro (Fort-Dauphin), une quinzaine de membres de
l’associationFagnomba, dont la présidente Perle Zafinandro Fourquet, ont été
arrêtés puis emprisonnés. Leurs familles confirment qu’ils sont toujours
incarcérés.

<span
style='font-size:12.0pt;font-family:"Times New Roman","serif"'>Quels chefs d’accusation
ont été retenus contre eux ? Pour quelles raisons ont-ils été emprisonnés ?
Est-ce parce qu’ils ont osé manifester et exprimer des revendications relatives
à l’indemnisation de leurs terres ?

<span
style='font-size:12.0pt;font-family:"Times New Roman","serif"'>Nous réclamons
d’urgence des autorités régionales et nationales des éclaircissements
concernant l’arrestation et la détention des membres et responsables de
l’association Fagnomba et à
défaut, leur libération immédiate.

<span
style='font-size:12.0pt;font-family:"Times New Roman","serif"'>Nous insistons
pour que leurs droits civiques fondamentaux, leur liberté de s’exprimer, de
manifester, de se défendre et d’être assistés soient scrupuleusement respectés.

font-family:"Times New Roman","serif"'>Paris, le 17 mars 2013

font-family:"Times New Roman","serif"'>Le Collectif pour la Défense des Terres
Malgaches – TANY

font-family:"Arial","sans-serif";color:#0000CC'><a
href="mailto:patrimoinemalgache@gmail.com" target="_blank"><span
style='color:blue'>patrimoinemalgache@gmail.com
<span
style='font-size:12.0pt;font-family:"Arial","sans-serif"'>
color:#0000CC'><span
style='color:blue'>http://www.terresmalgaches.info
<span
style='font-size:12.0pt;font-family:"Arial","sans-serif"'>
color:#0000CC'> target="_blank">http://www.facebook.com/TANYterresmalgaches

font-family:"Arial","sans-serif";color:#0000CC'>====

<span
style='font-size:14.0pt;line-height:115%;text-transform:uppercase'>CommuniquE
<span
style='font-size:14.0pt;line-height:115%'> - DECLARATION

text-align:center;line-height:normal'>(Traduction
libre d’un Communiqué-Déclaration de l’association FAGNOMBA

text-align:center;line-height:normal'>daté du 18
mars - reçu le 19 mars 2013)

text-align:center;line-height:normal'> 

text-align:center;line-height:normal'> 

line-height:115%'>En raison des réalités régionales actuelles, l’Association <span
style='text-transform:uppercase'>Fagnomba
, basée dans la Région Anosy,
fait la déclaration suivante.

line-height:115%'>Depuis la création de l’association, FAGNOMBA n’a jamais
cessé d’aider, prodiguer des conseils, travailler avec ceux qui défendent
l’intérêt de la population et de la Région. Ceci est d’ailleurs mentionné
explicitement dans la charte de l’association.

line-height:115%'>1/ FAGNOMBA n’a repoussé aucun de ceux qui sont venus vers
elle, car l’association était consciente de l’existence d’injustices, de déni
de droits, d’autoritarisme dans la Région. Par exemple :

-18.0pt'>-<span
style='font:7.0pt "Times New Roman"'> 
Les pêcheurs, les
populations de Maroamalona et de Sakasazy, les jeunes en recherche d’emplois
dans la région, les travailleurs des douanes licenciés, ceux de Jovena Mandena
licenciés, les habitants d’Ampasy, Nahampoana et Mandromondromotra, ceux de
Sainte-Luce, ceux de Manantenina, sans oublier ceux de Ranomafana.

line-height:115%'>2/ Nous nous sommes battus pour que la Société Civile ait son
assise dans cette région pour que les organisations regroupées en son sein en
tirent bénéfice, beaucoup d’efforts dans ce domaine restent à faire.

line-height:115%'>3/ Malgré les menaces et les intimidations, nous avons osé
faire face aux fusils et grenades lacrymogènes pour l’intérêt de la population.

line-height:115%'>Aujourd’hui, devant la répression et la brutalité de la
gendarmerie de Tolagnaro à l’encontre de FAGNOMBA, devant les accusations de la
casse des bureaux de la CENI-T et du vol de matériel : écran plat,
imprimante et trois disques durs,
dont l’un d’eux a déjà été retrouvé dans
les locaux de CENI-T même,

  • line-height:115%'>Nous déclarons publiquement que l’association FAGNOMBA
    n’est en rien responsable de ce qui s’est passé à la CENI-T. FAGNOMBA
    souhaite sincèrement la tenue des élections sur le territoire malgache.
  • line-height:115%'>Nous réaffirmons notre condamnation du non-respect des
    droits de l’Homme et de la dignité humaine dans la brutalité du groupement
    de la gendarmerie de Tolagnaro :

-18.0pt'>Ø 
Arrestation et
bastonnage d’une membre de Fangnomba à Amborabao, Farafara Vatave le 6 mars
2013 à 3 heures de matin par 13 des 29 gendarmes dépêchés. Elle est toujours à
l’hôpital à ce jour. Il s’agissait donc d’une femme et l’arrestation de Tokanono
n’a été rien à côté de ce qu’elle a subi.

-18.0pt'>Ø 
Arrestation
suivie de violences des membres de FAGNOMBA qui ont manifesté le jeudi 14 mars
à 11 heures du matin face à l’Hôtel de Ville pour réclamer la libération de
leurs camarades emprisonnés

  • Nous réclamons la libération
    de nos camarades emprisonnés : il est avéré qu’ils ne sont pas
    coupables de ce dont on les accuse de façon infondée pour les retenir en
    prison.
  • Nous lançons un appel à
    l’ensemble des médias de Tolagnaro car nous connaissons votre
    sagesse et savons également que vous avez peur : faites connaître
    notre déclaration, informez la population malgache sur la vérité.

Pour terminer, nous encourageons
tous les amis emprisonnés ainsi que nous, population de la Région Anosy, les
camarades militants FAGNOMBA. La lutte continue jusqu’à la victoire de notre
solidarité (FIFAGNOMBANTSIKA).

 Tolagnaro,
le 18 mars 2013

  
Le Vice-Président