Izay mitambatra vato, izay misaraka fasika


Accueil > Newsletters > Newsletter n° 24

Newsletter n° 24

publié par Admin, le dimanche 9 juin 2013

Mesdames et Messieurs

Chers amis

Veuillez trouver, ci-dessous, le dernier communiqué du Collectif TANY intitulé « Quels impacts attendre du projet d’exploitation de fer par la société chinoise WISCO et de la construction du port de Soalala ? »

Par ailleurs, nous avons le plaisir de vous informer que les membres et la présidente de l’association FAGNOMBA de Tolagnaro Fort-Dauphin ont été libérés le 28 avril dernier au bénéfice du doute, alors qu’ils avaient été incarcérés le 12 mars 2013 sous le chef d’inculpation d’action concertée suivie de destruction de matériel informatique, selon l’article 318 du code pénal malgache (cf. Newsletter 22) Mais l’association continue à être poursuivie en justice pour d’autres chefs d’accusation dont nous parlerons plus tard.

Le Collectif TANY vous présente ses excuses pour le retard de cette diffusion, vous remercie pour votre soutien et vous présente ses salutations cordiales.

 

Quels impacts attendre du projet d’exploitation de fer par la société chinoise WISCO et de la construction du port de Soalala ?

La société chinoise Madagascar Wuhan Iron and Steel Corporation, WISCO, titulaire des permis miniers n° 37498 et 37499 suite à un appel d’offres lancé par le gouvernement malgache en 2008, exploitera pendant 30 ans les gisements de fer de Soalala qui comportent environ 350 millions de tonnes de réserves dans les régions Boeny et Melaky de l’Ouest de l’île. Un port gigantesque, d’une capacité de 150 000 tonnes, nécessitant un tirant d’eau d’au moins 18m, sera construit pour l’évacuation du minerai de fer vers la Chine et deviendra le plus grand port de Madagascar. (1) (2)

Les dernières informations publiques sur ce sujet datant de juillet 2012, le Collectif TANY s’inquiète de la grande discrétion qui entoure l’évolution du projet et surtout des conséquences négatives qui ne manqueront pas d’en résulter pour les zones concernées et les riverains.

 

« Les termes de référence de l’étude d’impact environnemental de la phase de construction et d’exploitation » ont certes été affichés sur le site de l’Office National de l’Environnement dans le but de recueillir les « observations et avis » du public sur son contenu (3). Mais l’opinion publique a besoin de disposer de données plus concrètes pour pouvoir donner un avis.

 

Des déplacements de populations inacceptables.


Sur le plan humain, les termes de référence envisagent froidement sur les 431 km2 d’espace concerné, un « plan de déplacement de population », « processus [qui] peut inclure des déplacements physiques, économiques ou culturels » (3). Ce document nous apprend que parmi les trois sites principaux, Kizombilahy, Kizombivavy sont plus populeux que Malainolo (3, p.4). La presse précise que des consultations publiques ont eu lieu « dans les communes de Soalala, d’Ambohipaky et d’Ankasakasa  »(4). Mais qui a été réellement consulté ? Qu’est-ce qui a été dit aux habitants ? Comment ont-ils réagi ? Que leur a-t-on promis ? Nos informateurs ont rapporté que les habitants de Maroleo ont déjà protesté contre le tracé de la route. A-t-on tenu compte de leurs plaintes ? L’accaparement par le projet Fer des terrains de cultures et des zones de pâturage empêchera la poursuite des activités génératrices de nourritures et de revenus des agriculteurs et des éleveurs.

Le détail sur les localités consultées et les différents interlocuteurs, les informations transmises, les avis et revendications émis, les résultats des consultations et les solutions proposées doit faire l’objet d’une diffusion publique pour que l’ensemble des citoyens et organisations malgaches soit informé et s’exprime comme souhaité.


Le Collectif TANY Insiste sur le caractère inacceptable de toute expulsion des familles de leurs terres et de tout déplacement forcé des populations prévoyant en plus une atteinte à la culture et aux lieux de vie de plusieurs villages s’étendant sur trois communes. Les droits de la population doivent être respectés.

 

Des impacts sur l’environnement inadmissibles

Le lieu qui répond aux critères d’implantation du port, selon les opérateurs chinois, correspond aux alentours de la baie de Baly (2) qui abrite une des aires protégées de Madagascar National Park. Rappelons que ce parc national a été créé pour la conservation de la tortue terrestre la plus rare du monde, l’Angonoka, dont il ne reste plus que quelques 500 individus vivants. Dans le domaine de la baie de Baly sont protégées d’autres espèces endémiques en voie de disparition comme l’Ankoay, aigle pêcheur de Madagascar, le Héron crabier blanc et les lémuriens Bemosary (6). Madagascar National Park doit être consulté, et ses recommandations suivies, afin que le port n’empiète pas et n’ait pas d’impacts négatifs sur la faune et la flore protégées. Par ailleurs, l’aire protégée de Baly renferme les Tsingy de Namoroka (7). Selon les spécialistes, les Tsingy sont constitués d’une plaque calcaire (7). Leur traversée éventuelle par une route ou l’utilisation de lourdes infrastrctures diverses dans leur environnement proche feront courir un grave danger à l’ensemble de cette formation calcaire, fragilisera leur stabilité, et risque d’entraîner des conséquences irréparables et irréversibles sur ces merveilles de la nature, joyaux des ressources touristiques de cette zone Ouest de l’Ile. La brochure sur la Baie de Baly informe que « quatre rivières permanentes prennent naissance dans ce parc national qui assure ainsi l’alimentation en eau des villages avoisinants » (8).

Les décisions relatives à la construction de ce port devront éviter d’anéantir le patrimoine culturel, les richesses de la biodiversité malgache et l’accès à l’eau des communautés locales.

 

Pour quelles retombées économiques pour la population ?

Si « la société WISCO semble attendre l’arrivée d’un gouvernement issu des élections pour entamer des études de faisabilité et des négociations plus poussées » comme l’écrit le président du Club Développement et Ethique, « Visiblement, sa stratégie a été de rendre irréversible son option à exploiter le fer de Soalala » ajoute-t-il (9, p.23). Mais des prélèvements de 30 tonnes de minerai devant être analysés en Chine sont prévus pour 2013 (2) et divers travaux de préparation et de construction ont commencé (1). Aussi une transparence de la part des responsables et décideurs et une vigilance de la part de la population et de la société civile de toute l’île sont-elles nécessaires dès maintenant pour que cette nouvelle exploitation minière n’anéantisse pas la biodiversité de la zone et ne détruise pas le patrimoine économique et culturel des habitants mais prévoie et apporte réellement des avantages consistants pour la nation malgache et les populations avoisinant les sites miniers. Les informations sur le projet annoncent la création de 100 000 emplois (10), mais le pays d’origine de ces futures recrues n’a pas été précisé et les conditions de travail restent à déterminer. Une formation des habitants de la région est prévue mais on ne sait pas dans quel domaine ni pour quels postes (1). Par ailleurs, de nombreux citoyens, tout comme le Collectif TANY, seront intéressés particulièrement par une transparence totale sur le régime foncier et le type de contrat qui régissent les 431 kmaccordés par l’Etat à la société WISCO.

La société WISCO est surtout célèbre jusqu’à présent pour avoir payé 100 millions de dollars à l’Etat malgache pour la « mise à disposition », mais les détails sur l’utilisation qui en a été faite par les autorités nationales restent un mystère à éclaircir.

Les expériences des industries extractives actuelles à Madagascar ont suscité ces derniers mois de nombreuses critiques de la loi sur les grands investissements miniers et de l’ensemble du Code minier (11) qui favorisent trop les investisseurs au détriment des populations locales. Espérons que les citoyens, experts et futurs responsables malgaches sauront trouver et mettre en place les solutions adaptées pour faire face à ce nouveau défi. 

 

 

Paris, le 18 mai 2013

Le Collectif pour la Défense des Terres Malgaches – TANY

patrimoinemalgache@gmail.com
www.terresmalgaches.info
  http://www.facebook.com/TANYterresmalgaches

 

Références

 

(1) http://www.chine-informations.com/actualite/madagascar-le-groupe-chinois-wisco-projette-installer-un-grand-port_41897.html

(2) http://www.madagascar-tribune.com/Un-port-dans-la-Baie-de-Baly,17361.html

(3) http://www.pnae.mg/attachments/article/129/tdr_projet_fer_soalala_wisco.pdf

(4) http://www.pnae.mg/index.php/Articles-de-presses/levaluation-environnementale.html

(5) http://www.parcs-madagascar.com/fiche-aire-protegee.php ?Ap=16

(6) http://www.parcs-madagascar.com/userfiles/file/Pr%C3%A9sentation/Brochure%20Baie%20de%20Baly.pdf

(7) http://www.parcs-madagascar.com/fiche-aire-protegee.php ?Ap=28

http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/noroi_0029-182x_1977-num_95_2_3618

(8) La maîtrise du développement à travers les enjeux du secteur minier par S. ZAFIMAHOVA, Président du CDE

(9) http://hasinimadagasikara.mg/index.php ?option=com_content&task=view&id=221&Itemid=82

(10)  La législation minière malgache face au droit au consentement libre, préalable et éclairé par S. RAMBININTSAOTRA, in FOATAS volume 1, p.112-122


© Collectif pour la Défense des Terres Malgaches | généré dynamiquement par SPIP & Blog'n Glop.