Izay mitambatra vato, izay misaraka fasika


Accueil > Newsletter > Newsletter n°64 [FR]

Newsletter n°64 [FR]

publié par Admin, le dimanche 13 novembre 2016

LES CITOYENS DE SOAMAHAMANINA DETENUS SONT SORTIS DE PRISON

Le procès des 5 citoyens de Soamahamanina arrêtés à la suite des manifestations des 22 et 29 septembre 2016 s’est tenu le mercredi 2 novembre. Le vendredi 4 novembre, le tribunal de première instance d’Antananarivo

  • a condamné à un an d’emprisonnement avec sursis tous les prévenus du chef d’inculpation de manifestation non autorisée,
  • a par contre relaxé au bénéfice de doute pour les autres infractions.

Nos amis sont sortis de prison le vendredi 5 novembre.

Le Collectif TANY remercie très sincèrement toutes les personnes, organisations et institutions qui ont soutenu les habitants de Soamahamanina et les membres de l’association VONA FITIAVAN-TANINDRAZANA au cours de cette période difficile, en particulier M. John H. Knox, Rapporteur Spécial des Nations Unies pour les Droits Humains et l’Environnement qui a rencontré des représentants des habitants de Soamahamanina au cours de sa mission et affirmé dans sa Déclaration au terme de sa Mission à Madagascar, à Antananarivo le 31 octobre 2016 : 

[…]
« Les droits humains sont également importants pour la protection et l’utilisation durable des ressources minières. Pour veiller au respect des droits humains et de l’environnement, les permis miniers ne devraient être délivrés qu’après qu’une évaluation complète des impacts environnementaux et sociaux soit terminée, et que toutes les informations pertinentes soient fournies au public, et que les communautés locales soient consultées pour leurs points de vue sur l’opération minière envisagée. Une fois fait correctement, ce processus peut et doit se traduire par des avantages non seulement pour le pays dans son ensemble, mais aussi pour les communautés locales directement touchées par l’exploitation minière. A Moramanga, j’ai visité un centre de formation géré par Ambatovy et qui sert d’exemple concret de ces avantages.

Cependant, lorsque ces étapes ne sont pas suivies correctement, comme cela sembleraient être le cas durant la période de transition, il devient beaucoup plus probable qu’il y ait des conflits difficiles et de longue durée avec les communautés locales. Lors de ma visite, on m’a parlé de tels conflits, et j’ai rencontré des membres de l’organisation VONA Fitiavan-Tanindrazana dans la zone de Soamahamanina. Ils ont partagé leurs préoccupations concernant l’exploitation minière, et en particulier la récente arrestation de cinq personnes (Pierre Robson, Tsihoarana Andrianony, Fenohasina Andriaendrikiniarivo, Tona Guillaume Andriarijaonina et Augustin Ranaivoarivelo) qui ont manifesté contre l’exploitation minière. J’ai soulevé ces préoccupations auprès du gouvernement, et je leur ai rappelé que les gens ont le droit de participer à des manifestations pacifiques. Je suis d’accord avec la Commission nationale des droits de l’homme qui a appelé le gouvernement à appliquer le principe de la présomption d’innocence, de traiter l’affaire sans délai et de respecter les droits des détenus. Sans chercher à juger le conflit, je prie instamment le Gouvernement et tous les acteurs pour résoudre pacifiquement le différend, et ce le plus rapidement possible, et d’éviter toute mesure qui pourrait faire escalader le conflit. »
[…]
http://mg.one.un.org/content/unct/m...

Lire aussi : Les droits de l’homme et l’environnement : première mission d’établissement des faits de l’expert de l’ONU à Madagascar : http://terresmalgaches.info/spip.ph...

10 novembre 2016


© Collectif pour la Défense des Terres Malgaches | généré dynamiquement par SPIP & Blog'n Glop.