Izay mitambatra vato, izay misaraka fasika


Accueil > Newsletter > Newsletter n°63 [FR]

Newsletter n°63 [FR]

publié par Admin, le dimanche 30 octobre 2016

Le Collectif pour la défense des terres malgaches – TANY – remercie chaleureusement la rédaction de l’émission 64’ de la chaîne TV5 Monde d’avoir accordé la parole à sa présidente Mamy Rakotondrainibe ce jeudi 27 octobre 2016 dans la rubrique Grand Angle consacrée à la lutte contre les accaparements de terres à Madagascar avec Valérie Cabanes en co-invitée, auteure de Un nouveau droit pour la terre, octobre 2016, Seuil.

https://youtu.be/bZmoy7XtpEc
ou https://www.youtube.com/watch ?v=bZm...

En raison du temps relativement limité disponible, le Collectif TANY apporte les compléments suivants à ce qui a été dit sur la situation à Madagascar au cours de l’émission :

Les revendications des habitants de Soamahamanina :

  • La video porte sur les manifestations du 29 septembre 2016. Les banderoles mentionnent : « Libérez Robison et Tsihoarana » et « Nos terres ne sont ni à vendre ni à louer »
  • Les revendications des habitants de Soamahamanina au cours des manifestations hebdomadaires sont :
    • Depuis la fin juillet, suite à la suspension des activités de la société minière par les autorités : le départ définitif de la société Jiuxing Mines SARL, c’est-à-dire l’annulation du permis minier.
    • Ce 29 septembre : la libération de Robison Pierre et Tsihoarana Andrianony, responsables de l’association VONA FITIAVAN-TANINDRAZANA, arrêtés le 22 septembre et le départ définitif de la société Jiuxing Mines SARL
    • Actuellement : la libération des 5 habitants de Soamahamanina en détention provisoire, suite à l’arrestation de 4 manifestants et au maintien en détention de provisoire de 3 d’entre eux, et le départ définitif de la société Jiuxing Mines SARL

Concernant les 5 personnes détenues - Robison Pierre, Andrianony Tsihoarana, Andriaendrikiniarivo Fenohasina, Andriarajoniaina Tolona Guillaume et Ranaivoarivelo Augustin, leur défense n’a toujours pas pu avoir accès au dossier à la date du 27 octobre 2016.

Les accaparements de terre à Madagascar :

  • Pour le Collectif TANY, les « accaparements de terre » désignent le phénomène d’appropriation - temporaire ou définitive - des terres par des sociétés, personnes ou autres structures, qui provoquent une spoliation des droits des paysans et des communautés locales : perte de l’accès à la terre et des droits d’usage des ressources, perte du pouvoir de décision et de contrôle sur l’utilisation de la terre, perte de nombreux droits humains fondamentaux, car la terre est souvent le seul bien dont disposent les familles de paysans qui représentent les trois-quarts de l’ensemble de la population malgache. Les conséquences manifestes des accaparements sont nombreuses : expropriation des propriétaires légaux, éviction et expulsion des occupants légitimes mais sans document écrit légal de propriété – avec ou sans compensation -, la perte des moyens de subsistance et des sources de revenus, l’appauvrissement et la perte de souveraineté alimentaire, etc.
  • A Madagascar, les seuls documents écrits reconnus comme légaux par les autorités sont les titres fonciers – délivrés par les services fonciers de l’Etat – et les certificats fonciers (kara-tany) - délivrés par les guichets fonciers (BIF : Birao Ifoton’ny Fananan-tany). Les guichets fonciers ont été créés dans le cadre de la Réforme Foncière de 2005 mais n’existent actuellement que dans un tiers des communes de l’île. Seule une infime partie des terrains sont titrés ou certifiés.
  • Les transactions sur les terres à Madagascar qui provoquent des accaparements de terre comportent des ventes mais également des baux emphytéotiques (location de longue durée de 18 à 99 ans). Les Malgaches désignent souvent ces deux types de transaction par la même formule « mivarotra tanindrazana » (vendre la terre des ancêtres). En effet, les conséquences de ces deux transactions s’avèrent identiques pour les familles victimes. Par ailleurs, les transactions se déroulent souvent de manière opaque et secrète même lorsqu’elles portent sur des « terrains de l’Etat ». Les citoyens n’ont donc quasiment jamais de preuve du type de transaction réellement effectué.

Le projet Daewoo Logistics :

  • Comme mentionné dans l’émission, le Collectif TANY a été créé fin 2008 suite à la diffusion dans la presse internationale des révélations d’un responsable de la compagnie du projet Daewoo Logistics. Il s’agissait d’un projet de location pour 99 ans de 1,3 millions d’hectares de terre dans 4 régions de Madagascar (Atsinanana, Melaky, Menabe et Sava), sans compensation financière mais des promesses de création d’emploi et de constructions d’infrastructures. L’objectif était de cultiver du maïs et du palmier à huile destinés à être exportés en Corée du Sud.
  • Les détails sur les informations de 2013 sont précisés dans la Newsletter du Collectif TANY n°27 : CAUCHEMAR en vue, DAEWOO LOGISTICS de nouveau à l’offensive ? : http://terresmalgaches.info/spip.ph...

Le projet d’exploitation de terres rares dans le Nord-Ouest de Madagascar :

  • Le projet minier mentionné qui fait courir de graves risques environnementaux est développé dans les communiqués suivants :

Pour davantage d’informations, n’hésitez pas à lire « Accaparement des terres à Madagascar : Echos et témoignages du terrain – 2013 » lien vers le livre entier au bas du communiqué de presse suivant : http://terresmalgaches.info/spip.ph...

Le Collectif TANY
Paris, 27 octobre 2016


© Collectif pour la Défense des Terres Malgaches | généré dynamiquement par SPIP & Blog'n Glop.