Izay mitambatra vato, izay misaraka fasika


Accueil > Newsletter > Newsletter n° 81

Newsletter n° 81

publié par Admin, le samedi 21 octobre 2017

Toutes les versions de cet article :

POUR LA LIBERATION IMMEDIATE DE Mr RALEVA

Le 03 octobre 2017, Mr RALEVA, membre du groupe Justice et Paix et de l’antenne régionale de l’Observatoire Indépendant des Droits Economiques, Sociaux et Culturels à Madagascar(OIDESCM) coordonné par le CRAAD-OI, a été arrêté et mis en détention préventive à Mananjary parce qu’il avait osé demander à voir les papiers officiels autorisant des opérateurs chinois à reprendre une exploitation aurifère arrêtée auparavant par le Chef de Région et l’ONE dans sa commune de Vohilava. En effet cette exploitation ne disposait pas de tous les permis nécessaires et utilisait un produit qui ressemblait beaucoup au mercure, particulièrement dangereux pour l’eau, le sol, les cultures environnantes et la santé des populations riveraines. Le motif d’inculpation de Mr RALEVA - usurpation de fonction du Chef de district - est plus que discutable, puisque le Chef de District était présent dans la réunion publique où Mr RALEVA a pris la parole.

Depuis sa mise en détention, une demande de libération provisoire a été déposée par son avocat. De plus, plusieurs Communiqués et des centaines d’appels à la libération immédiate et sans condition de Mr RALEVA ont été adressés aux autorités compétentes par le CRAAD-OI et ses alliés du Collectif pour la défense des terres malgaches - TANY, d’Amnesty International, de Frontline Defenders et du Comité Catholique contre la Faim et pour le Développement - Terre Solidaire.

Alors que Mr. RALEVA entame son 18ème jour d’emprisonnement, nous venons d’apprendre que
- la chambre de détention préventive a rejeté la demande de liberté provisoire de Mr. RALEVA suivant le jugement n°147 du 13 octobre 2017.
- En outre, aucune date n’a été fixée ni pour une éventuelle instruction, ni pour le procès proprement dit
.

Tout cela se fait sans qu’aucune explication n’ait été donnée, ce qui démontre la volonté manifeste des responsables concernés de punir Mr RALEVA pour avoir exercé ses droits d’expression et à l’information, et d’étouffer tout mouvement de protestation des communautés riveraines contre l’exploitation aurifère illégale des opérateurs chinois.

En ce moment urgent,
- nous exhortons les autorités compétentes à remplir d’urgence leurs obligations de respecter et de garantir la réalisation des droits fondamentaux de Mr Raleva, et de faire cesser les menaces que les conditions carcérales font peser sur son état de santé déjà fragile.
- Nous appelons toutes les personnes de conscience, et les organisations qui oeuvrent en faveur des droits humains et de la justice sociale à renforcer la lutte pour la libération de Mr Raleva
, qui a été reconnu comme prisonnier de conscience par Amnesty International. 

Son sort nous concerne tous, non seulement parce qu’il est détenu de manière injuste, mais aussi parce que sa liberté de conscience et d’expression, c’est aussi notre liberté à tous. Tout comme pour les 4 personnes qui sont aussi emprisonnées à Miadanandriana-Ampefy pour avoir défendu leurs terres, ce sont nos droits fondamentaux et notre dignité qui sont en cause. 

Le 20 octobre 2017

- Pour le Centre de Recherches et d’Appui pour les Alternatives de Développement - Océan Indien (CRAAD-OI) :
Randriamaro Zo, Coordinatrice ; craad.madagascar@gmail.com ; http://craadoi-mada.com

- Pour le Collectif pour la défense des terres malgaches – TANY :
Rakotondrainibe Mamy, Présidente ; patrimoine.malgache@yahoo.fr ; http://terresmalgaches.info


© Collectif pour la Défense des Terres Malgaches | généré dynamiquement par SPIP & Blog'n Glop.