Categories

Accueil > Newsletter > Newsletter n° 9

1er février 2010
Admin

Newsletter n° 9

Les membres et les responsables du Collectif pour la Défense des Terres Malgaches - TANY - vous souhaitent une heureuse année 2010 remplie de joie et de réussites.

Merci infiniment pour le soutien que vous avez apporté à nos actions aux cours de l’année 2009 pendant laquelle la solidarité des citoyens du monde qui ont signé la pétition et participé à l’envoi des appels urgents a fait reculer le plan initial d’accaparement de vastes surfaces de la société Daewoo. Comme les organisations paysannes et les citoyens malgaches, nous continuons à maintenir notre vigilance et à réclamer la transparence sur ce type de contrats.

L’année 2010 a commencé à Madagascar dans un contexte de crise où le pillage des ressources naturelles comme le bois de rose continue avec la complicité de nombreux responsables du pays à différents niveaux et provoque l’indignation.

Le Collectif TANY dont l’objet est la défense des terres malgaches et des paysans a reçu de plusieurs sources la confirmation que le contrat sur la VENTE DE L’EAU DU FLEUVE MANANARA-NORD à un pays du Golfe a été signé en 2006 et reste valide. Les travaux relatifs à ce contrat d’une durée de 25 ans devaient commencer deux ans plus tard et comprendraient notamment l’adduction de l’eau vers le port de Tamatave par pipeline.

Nous demandons aux autorités politiques et responsables nationaux - Ministère de l’Eau et Agence nationale de l’Eau et de l’Assainissement (ANDEA) - d’informer tous les citoyens de manière précise
- sur l’état actuel de ce contrat et des travaux y afférant,
- sur la teneur actuelle de ce contrat : le détail des contreparties convenues et des engagements des deux côtés,
- sur les études préalables effectuées, leurs résultats et sur les impacts possibles de cette vente d’eau à moyen et long terme sur l’environnement et sur la qualité des terres des communes traversées par ce fleuve,
- sur le pays du Golfe concerné, sachant que certains pays de cette région du monde ont des problèmes de disponibilité d’eau à long terme et risquent d’augmenter leurs demandes de manière importante plus tard en fonction de leurs besoins,
- sur les travaux précis prévus dans les différentes régions de Madagascar qui souffrent de l’insuffisance d’eau,
- sur le programme de préservation des ressources naturelles de Madagascar dans l’avenir, étant donné que la terre et l’eau sont devenues un enjeu géostratégique mondial.

L’intérêt des paysans vivant directement de ces ressources naturelles doit être considéré en premier lieu.
La population malgache a le droit de jouir de ses ressources naturelles et de connaître le sort qui leur est réservé.

Paris, le 31 janvier 2010

Pour le Collectif pour la Défense des Terres Malgaches

Le Bureau

Ralava BEBOARIMISA, Samuel JOCELYN, Philippe RANDRIANARIMANANA, Mamy RAKOTONDRAINIBE.

Articles sur l’eau :
Madagascar exporte de l’eau
Vente d’eau - Des opérateurs arabes en prospection
L’exportation d’eau annulée